Tessons de poteries - monnaies

  

 Tous les tessons de céramique ou autres objets présentés dans ces pages (Album photos). Ont été ramassés dans les vignes, prairies etc. de Gironde avec l’aimable  autorisation des Propriétaires ou des chefs de cultures.

    Dans l'album, cliquez sur la photo pour voir l'objet en entier.

     Photos 1A, 1B, 1C de l'album : tessons de poteries médiévales.

     Becs verseurs de cruchons, avec départ d'anses et de goulots.

     Tessons de céramique trouvés dans le sable extrait de la jalle au pied de l'ancien moulin de Majolan .

      

   www.prehistoirevegre.moonaweb.com

    

     Photos 20 A, 20 B, 20 C de l’album : tessons de poteries médiévale.

     Fragments de tegulae;

     La tegula était dans l'Antiquité une tuile plate qui servait à couvrir les toits, faite ordinairement d'argile cuite au four.

     Ces tuiles, ayant la forme d'un trapèze isocèle, étaient disposées sur le toit de manière à ce que leurs petits côtés (les petites bases) venaient recouvrir en   partie les grands côtés (grandes bases) des tuiles posées en dessous ; les deux bords obliques de chaque tuile étaient relevés pour empêcher l'eau de pluie de pénétrer dans les interstices latéraux, de façon à s'emboîter avec les côtés des tuiles creuses semi cylindriques (imbrices), qui étaient placées au-dessus des  joints des tegulae.

     Tessons de céramique trouvés dans la jalle de Canteret entre Le Taillan et l'ancien moulin de Majolan .

 

      Photos 21 A, 21 B, de l’album : tessons de poteries médiévales.

   Oreille en terre cuite délicatement travaillée provenant d’un plat ou d’une écuelle qui  permettait la préhension sans se brûler.

  Trouvé dans un rang de vigne du nord médoc.

    

    Photos 23 A, 23 B, 23 C de l’album : tessons de poteries médiévales.

    Petite coupelle en terre cuite de 7 cm de diamètre et 3cm de hauteur on y retrouve à l’intérieur les empreintes des doigts du potier.

    Quel était son usage ?

    Trouvée dans le lit de la jalle du sable, au pied du pont de la départementale Eysines Pauillac

   

    Photos  24 A et 24 B de l'album : tessons de poteries médiévales.

    Fusaïole en terre cuite, anneau lourd servant de volant d'inertie aux fuseaux des fileuses, il peut être en différents matériaux; à ne pas confondre  avec les   ROUELLES.

   Trouvée dans le lit de la jalle du sable, au pied du pont de la départementale Eysines Pauillac.

 

    Photos 25 A, 25 B, 25 C, 25 D, 25 E, 25 F, 25 G, 25 H de l’album : tessons de poteries médiévale.

    Fragments trouvés dans un terrain où des souches de pins ont été arrachées suite aux tempêtes de ces dernières années ; ce terrain est au croisement de deux fossés dans lesquels des tessons ont également été trouvés. Cela se situe sur une piste forestière coupant la route d’Hourtin.

   Nous sommes en présence de gros fragments de céramique tant par le volume que par l’épaisseur (3cm au niveau de la panse - photo 25 A, et  4,5cm au niveau du bord de col -photo 25 C et D). Cette céramique est grossière avec des graviers visibles au niveau des cassures (Photo 25 F et G); ces éléments sont brûlés pour ne pas dire calcinés par endroits ce qui les rend friables (Photo 25 H). Je ne suis pas en mesure de dire quel type de poterie c’est, ni de la dater ainsi que de définir ce à quoi elle était utilisée.

   Cela fait penser à de la poterie protohistorique, mais me semble un peu bizarre ou alors nous sommes en présence d’éléments de four de fonderie d’où ces parties très calcinées (Photo 25 E) ?? Pourtant on trouve des traces de tour de potier sur des fragments.

 

    Photo  M 1  de l'album : tessons de poteries médiévales.

   Méreau , provenant  d'une parcelle labourée du Médoc et chose très intéressante trouvé à l'oeil nu sur le haut d'un sillon. Il est apparemment  en plomb et représente un blason.

   Quelques renseignements sur les méreaux:

   Le méreau peut représenter un « bon-pour », un signe de reconnaissance ou encore un laissez-passer qui prend le plus couramment la forme d'un jeton métallique. Depuis le moyen-âge, les méreaux sont désignés sous les formes de mérel, merelles, marelles et mereaulx. Leur production trouve son origine dans une pénurie de monnaie divisionnaire. Au XIIIème siècle, ils étaient utilisés comme jeton de présence des religieux aux offices et donnaient droit à un repas ou à une portion de pain, ces derniers pouvaient ensuite en faire profiter les pauvres. Au XVème siècle, on créa même des méreaux qui valaient 5, 20, 30 ou 45 deniers qu’il était possible d’échanger contre du numéraire. Rapidement, de nombreuses communautés ou institutions publiques ou privées utilisèrent ce système qui connut une large diffusion jusqu'à la fin du XVIIIème siècle. Très souvent confondu avec le jeton, qui n'a pas forcément une valeur de remplacement, les méreaux sont très instructifs par leur thèmes et inscription pour les historiens.

  

   Photos  L 1, L2, L3, L4  de l'album : tessons de poteries médiévales :

   Laitier apparemment de bronze, d'une fonderie artisanale du Médoc, le laitier est le résidu du minerai ou du métal fondu que l'on trouve en surface du métal en fusion dans le creuset et qu'il faut enlever avant de couler le dit métal; on évite ainsi d'avoir des porosités et autres défectuosités sur et dans la pièce obtenue.

        Provenance :  une parcelle de vigne arrachée du Médoc.

                     Coulée à cire perdue.        

                      

  

 

 

                 

   

                                            

                          

                    

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site